ACS et régénération des sols en contexte marais : itinéraires types pour régénérer les sols de marais

Cette formation s’inscrit dans les actions mise en place par un groupe d’agriculteur engagé dans le GIEE « marais solution » et « Groupe 30 000 » ayant pour objectif le développement des pratiques de l’agriculture de conservation des sols en secteur de marais, zone environnementalement sensible.

Objectifs

L’agriculture régénératrice et l’ACS (agriculture de conservation des sols) visent à développer des techniques basées sur l’amélioration des propriétés agronomiques des sols via l’augmentation de leur teneur en matière organique (objectif 4/1000) favorable à l’atténuation au changement climatique et la restauration de leur biodiversité fonctionnelle permettant de baisser les intrants et le travail mécanique des sols.

Racines de chanvre.

Dans le contexte pédologique du marais poitevin, caractérisé par des sols d’origine alluvionnaire à texture très argileuse, la mise en œuvre des pratiques de régénération des sols ou ACS, se heurte à un certain nombre de freins (réussite des couverts d’été, biomasse suffisante, faisabilité des semis de cultures de printemps suivant…). Les techniques utilisées en ACS ou dites de l’agriculture régénératrice doivent y être adaptées.

Analyse-terre-formation-bio-Cavac-cooperative-vendee

Cette formation doit permettre aux agriculteurs de :

– Maitriser les bases de l’ACS et de l’agriculture régénératrice pour pouvoir les valoriser en conditions de marais.

– Identifier les freins à la mise en œuvre des pratiques de régénération des sols ou ACS dans le contexte spécifique des sols du marais.

– Construire des rotations permettant d’accélérer la régénération.

Programme

  • Analyse du fonctionnement d’une prairie multi-espèces qui servira de modèle de construction du système de culture autonome.
  • Notions de bases et élaboration d’un système de culture régénérant les sols, le plus autonome possible en carbone, humus et azote.

  • Nourrir les sols :
    – Le sol « mange du carbone » ;
    – Notion de fertilité différente de fertilisation ;
    – Nourrir les sols pour construire l’autofertilisé.

  • Fertiliser un sol vivant pour démarrer le système de culture : les bonnes formes d’azote.
  • Maîtrise et choix des plantes compagnes.
  • Construire un système de culture qui produit l’autonomie de la culture
  • Co-construction de l’ITK céréalier
  • Co-construction de l’ITK des cultures de printemps
  • Co-construction de l’ITK des cultures protéagineuses
  • Etablir des points de repères techniques de la culture pour l’évaluation des pratiques mises en place.

Méthodes pédagogiques et moyens matériels

  • Apports techniques par exposés (diaporama, vidéo…) ;
  • Echanges, partages d’expériences.
  • Travail personnel et de groupe sur cas concrets d’analyses.
  • Analyses critiques collective des résultats et actions à mener.
  • Document de synthèse remis aux participants.

Informations pratiques

Durée : 07h00 (1 jour).
Publics : les agriculteurs du groupe GIEE « marais solution » et « Groupe 30 000 » du
secteur marais Sud-Vendée engagés dans la transition agroécologique et la baisse des
intrants en zones sensibles avec l’adaptation des pratiques d’agriculture de conservation et de régénération des sols.
Prérequis : membre du groupe GIEE « Marais Solution » et « groupe 30 000 »
Date et horaires : dates à définir (nous contacter) – De 09h00 à 12h30 et de 14h00 à 17h30.
Lieux : à définir en Vendée (nous contacter).
Repas : repas pris en commun sur place (en cas d’intolérance ou de régime spécifique, nous le préciser).

Coût pédagogique

Prise en charge par VIVEA pour les responsables d’entreprises agricoles (agriculteur éligible à jour de ses cotisations MSA) ou par OCAPIAT pour les salariés, 186 €/HT par participant (224 € TTC), en dehors des frais de réception s’élevant à 21.00 €/jour qui sont à la charge du stagiaire.

Évaluation des acquis

La compréhension et l’assimilation des savoirs et savoir-faire se déroule tout au long de la formation et prend différentes formes : étude de cas, tour de table, QCM, graph radar, travaux pratiques, etc.

Formateurs

Konrad Schreiber : ingénieur des techniques agricoles de l’Ecole Nationale d’Enseignement Supérieur Agronomique de Dijon (ENESAD – Bourgogne – 2002), expert en Agriculture de Conservation. Connaissances opérationnelles du milieu agricole et de l’élevage. Chef de projet du travail sur les indicateurs de l’agriculture durable développés au sein de l’IAD (Institut de l’Agriculture Durable).

Mots-clefs :
Trouvez vous ce contenu utile ?
Pas utile 0
Vous souhaitez en savoir plus (projet, question technique, demande de formation), merci de prendre quelques instants pour nous contacter !
Rechercher sur le site